Dauphiné Savoie

L’entreprise Chaland Palmieri, spécialiste du cintrage et façonnage du tube depuis les années 70, a eu la volonté de développer un produit propre. Le Buggy-bike a vu le jour en 2008 dans l’entrepôt de Barby, après plusieurs années d’études. Ce fauteuil tout terrain, non motorisé, destiné aux personnes handicapées est réservé uniquement à la descente sur des pistes de VTT. Il s’adresse à des personnes sportives, qui veulent avoir les sensations des vététistes. L’engin est monté par les remontées mécaniques.
Équipé de quatre roues, quatre amortisseurs, quatre freins à disques et d’un siège adapté, il absorbe les dévers.
Le Buggy-bike se pilote avec le guidon comme un VTT et se décline désormais en version électrique pour la randonnée. Ce dernier modèle est commercialisé depuis le mois de juillet dernier. « Le Ebuggy permet de s’affranchir des remontées mécaniques », explique Quentin Chaland qui est aux commandes de l’entreprise au côté de son père.
Conçu pour les personnes paraplégiques, ce fauteuil tout terrain permet la découverte de terrains inaccessibles jusqu’alors.
Un pari audacieux pour cette petite entreprise de 12 employés, qui a choisi un domaine restreint. L’entreprise travaille depuis longtemps pour l’industrie paramédicale sur la fabrication de fauteuils roulants. L’objectif était d’utiliser le savoir-faire de l’entreprise pour proposer un produit qui soit costaud et fiable. Elle a monté un bureau d’études intra-muros et recruté une personne handicapée pour travailler sur le projet ; un sportif de haut niveau. Ses clients : des associations handisport majoritairement ; des communautés de communes désireuses d’offrir la possibilité aux personnes à mobilité réduite de pratiquer de la randonnée en montagne ; des particuliers qui se sont spécialisés dans l’accueil des handicapés.
Le Ebuggy permet des escapades sur les sentiers, les pistes de ski de fond l’été, par exemple… À une vitesse de 10 ou 15 kilomètres/heures. Il a une autonomie de 20 à 50 kilomètres en effectuant 800 mètres de dénivelé positif.
L’entreprise Chaland Palmieri a déjà vendu une douzaine d’exemplaires du Buggy-bike. Le Ebuggy dépend encore des subventions allouées aux associations handisports…
L’engin reste cher : 9 000 € TTC (5 850 € le Buggy-bike). Le prix de la petite série. Ce coût unitaire élevé est actuellement un frein pour l’essor de la pratique auprès des particuliers. Mais, l’utilisation par les personnes valides de ces fauteuils tout terrain pourrait être une opportunité de développement.
par Ghislaine GERBELOT le 11/09/2010 à 05:00

Posting your comment...